PARCOURS DE LA COMPAGNIE

Le Théâtre de Léthé à Paris a été créé en 1985 par Amahí Saraceni, Juliette Binoche et Michel Feller.

Son objectif était alors orienté vers un atelier de recherche dramaturgique dirigé par Amahì Saraceni autour de l’écriture d'une pièce Paris Titre Provisoire, une fable sur la fin d’un millénaire à Paris, une fresque de quarante personnages, écrite par Amahí Saraceni, Anne Nathan et Louis Julien. De nombreux comédiens et danseurs ont collaboré à cette aventure notamment Philippe Léotard, Juliette Binoche, Mario Gonzalès, Jean-Claude Adelin, Susan Moncur, Abbés Zahmani, Nathalie Cerda, Jean Pierre Lorit, Christine Paolini, Yves Adler, Emile Abossolo, Lionel Goldstein, Michel Duperial, Katia Medici, Pascaline Verrier entre autres.

Cet atelier a donné le départ des objectifs de la compagnie :

- Travailler essentiellement avec des auteurs et compositeurs contemporains qui souvent ont écrit spécialement pour la directrice artistique de la compagnie. Offrant ainsi la liberté de mêler théâtre, danse, musique et cinéma dès l’origine des textes ou compositions musicales. Les écrivains : Chantal Ackermann, Lydie Salvayre, Jean et Mayotte Bollack, et plus récemment Olivia Rosenthal et Jocelyne Desverchère. Les compositeurs : Laurent Petitgand, Gerardo Jerez Le Cam et Alvise Sinivia. Les cinéastes : Laurent Larivière et Elsa Amiel.

- Proposer régulièrement des ateliers d’entraînement pour les artistes :

Rester libre de changer le courant, le rythme de la pensée, donc de la parole, sans perdre la conscience ni la maîtrise du geste. Comprendre la nécessité du mouvement et comment en devenir le créateur. Quelle est la place du corps dans une image de cinéma et dans une scène de théâtre ? Quelle différence percevons-nous dans notre façon de parler, d’articuler les mots ? Le public étant absent lors du tournage d’une séquence cinématographique : la relation du comédien avec lui se fait à travers le cadre et le regard du réalisateur. Le cadre est un espace réduit et conditionné : il demande une précision et une concentration différente, l’énergie est intériorisée. À l’inverse, un plateau de théâtre demande une énergie qui se déploie dans l’espace. Or ce centre, qui génère cette énergie, se révèle être le même dans les deux cas.

 

Depuis 1985, la compagnie propose régulièrement ces stages d’entraînement pour professionnels de théâtre, danse, cinéma. Ils sont conventionnés par l'AFDAS, en collaboration avec Pôle Emploi et l’ADAMI. Elle propose aussi en collaboration avec différentes structures des ateliers de formation pour amateurs et en milieu scolaire.

De 1989 à 2019, la directrice artistique Amahí Saraceni a mis en scène une vingtaine de spectacles, créations théâtrales et chorégraphiques, tels que : Du sang sur le cou du chat de R.W. FassbinderHall de nuit de Chantal Akerman / Le Silence de Nathalie SarrauteLes Cahiers de Malte Laurids Brigge de Rainer Maria Rilke / Hélène d'Euripide - traduction de Jean et Mayotte Bollack / Pas à deux de Charlie Kassab et Lydie Salvayre / Tango Nacht créé pour le festival Tanztheatre Wuppertal, Allemagne (direction Pina Bausch). Charbons Ardents (Opéra) textes Philippe Léotard, musique Gerardo Jerez Le Cam. Tango, verduras y otras yerbas de et avec Sylvie Cavé et Jorge Rodriguez / Comment je suis devenu une agence itinérante du tourisme cubain de et avec Eduardo Manet / Étrangère-té de Sylvie Cavé, À quoi rêvent les autres et Forêt Vierge d’Olivia Rosenthal, Mari de Tino Caspanello.

Ils ont été joués notamment au Théâtre de la Bastille, au Théâtre National de Chaillot, au Grand T à Nantes, à la Maison de la Culture de Bourges, au Théâtre du Nord à Lille, à la Ferme du Buisson, au Théâtre 140 à Bruxelles, au Théâtre Jean Vilar de Suresnes, au Grand R SN de la Roche sur Yon, au festival ARTINVITA en Italie.

Amahí Saraceni a été aussi artiste associée au Théâtre de l’Agora Scène Nationale d’Évry et de l’Essonne de 2006 à 2013.

La Compagnie a été subventionnée par le conseil régional d’Île-de-France et par le département de l’Essonne. Elle est aidée régulièrement par la DRAC Île-de-France, le Ministère de la Culture et de la Communication, la SPEDIDAM, l’ADAMI, la SACEM, la SACD, DICREAM, ARCADI et par des mécènes privés comme le groupe LM production – Michel Boucau, i-Donati, la société Zoelly, Roberto Duml entre autres.

En 2014, Amahí Saraceni crée le Collectif 2 Plus et ouvre les portes de sa compagnie à de nouveaux artistes, donnant la priorité à ceux qui ont souvent le plus de mal à se faire entendre : les jeunes et les femmes et en mettant la structure administrative de sa compagnie à leur disposition ce qui permet de mutualiser ainsi les moyens.

Il s’agit surtout de mettre au service de ces artistes, trente ans d’expérience en tant qu’artiste pluridisciplinaire travaillant principalement en France.

Le Collectif 2 plus accueille des metteurs en scène, des chorégraphes, des musiciens et des spectacles d'artistes en quête d’un bouleversement.

Les metteurs en scène Pascal Kirsch, Pauvreté Richesse homme et bête de Hans Henny Jahann et La princesse Maleine de Maurice Maeterlink (Avignon in 2017), Gilles Nicolas Conviction Intime de Rémi De Vos (2020/21) et la chorégraphe Sylvie Cavé Persona.

Ainsi que les spectacles Amore cotto de et avec Vittoria Scognamiglio et Katia Medici, Silenzio, mi gira ! de Alvise Sinivia et Sabine RivièreLa nuit Acoustique du Collectif WARN!NG et  Autopsie d’une connasse de  Sabine Rivière. Pour chacune de ces productions Amahì Saraceni est intervenue en tant que metteure en scène, chorégraphe ou conseillère artistique.

En 2018, Amahí Saraceni crée avec Marco Cicolini le festival ARTINVITA-Festival internazionale degli Abruzzi qui se tient tous les ans de mi-avril à début mai dans la province de Chieti en Italie. Une collaboration franco-italienne opère alors entre le Théâtre de Léthé à Paris - Collectif 2 plus établi en France et l’association INSENSI en Italie.

ARTINVITA est un projet européen, multiculturel, transdisciplinaire et international qui a pour ambition de se faire le porte-parole de la diversité. Il accueille et produit de nouvelles formes artistiques dans un esprit d’ouverture et d’originalité en rapport direct avec la vitalité de la création contemporaine. Un lieu ouvert aux jeunes artistes, aux auteurs vivants, aux nouveaux cinéastes.

Juliette Binoche, marraine du festival, soutient l’initiative depuis le début.

Le festival est essentiellement financé par des mécènes privés et les mairies des villages où il a lieu. En 2020, il a reçu l’aide du Ministère de la Culture et de l’Éducation Italienne pour son projet Balkan Cinéma Express, festival de courts métrages balkaniques, un des évènements clef du festival. Le jury est composé par six cents enfants et jeunes de la région entre 12 et 18 ans.

 

En 2021, c’est la première collaboration du festival avec le Théâtre 14 avec la programmation de Una Madre qui est créé en janvier à Paris.

Les artistes ont pu bénéficier d’une résidence de création en avril et mai 2019 en Italie, grâce au festival. C’est un spectacle pluridisciplinaire, mêlant arts plastiques, danse, musique et théâtre en italien, napolitain et français.

Cette collaboration se poursuit en avril 2021, en Italie, pour la quatrième édition du festival ARTINVITA, avec le spectacle de Mathieu Touzé Une absence de silence associant, cette fois-ci, artistes italiens et français, d’après le texte d’Olivia Rosenthal Que font les rennes après Noël ?

Durant le festival, le projet Before the world die aura lieu simultanément dans quatre villes, Tirana en Albanie, Guardiagrele en Italie, Buenos Aires en Argentine et en France sur le site du Théâtre 14 à Paris.

Pour plus d’informations sur le programme ARTINVITA 2021

www.artinvita.com